Fête de Noël des Seniors

Comme chaque année la municipalité a organisée le 17 décembre 2016 au Dorfhüss la fête de Noël des aînés du village.

L'occasion pour les invités de se retrouver pour un moment conviviale autour d'un bon repas préparé par le restaurant "La Couronne" de Willer-sur-Thur servi par l'équipe municipale et de passer une agréable journée.

Nos deux doyens ont été mis à l'honneur ; Mme Marie-Mathilde MATHIS et M. Fernand ERNY.

 

Fête de noël en photo:

Atelier Bricolage

Le samedi 10 décembre a eu lieu au Dorfhüss un atelier bricolage organisé par la municipalité et encadré par des parents bénévoles.

De très belles décorations de noël ont été réalisées par les enfants. L'après-midi s'est clôturée par la dégustation de gâteaux confectionnés par les parents.

 

Photos de l'atelier Bricolage:

Soirée Saint Nicolas

Le lundi 5 décembre, l'association TAI CHI TAO a organisé une soirée Saint Nicolas pour les enfants du village.

Les enfants et leurs parents ont eu la joie de défiler dans les rues de Goldbach-Altenbach en compagnie du Saint Nicolas, de son âne et bien sûr suivie de prêt par le père fouettard.

Après cette ballade, ils se sont retrouvés au Dorfhüss pour déguster un chocolat chaud, des manalas et des friandises.

Photos de la soirée Saint Nicolas

Circuit des fontaines 2016

Tout au long du mois de décembre, les personnes (habitants et touristes) ont pu découvrir les douze fontaines du village magnifiquement décorées par un grand nombre de villageois. Le thème de cette année était "Noël blanc". 

Il y a eu 152 bulletins de vote recueilli cette année, vote des habitants mais également de touristes venus des quatre coins de la France, Normandie, Finistère, Franche-Comté, des Vosges et du Territoire de Belfort. (suite voir année 2017). 

 

Conférence " l'histoire des Talus"

Le vendredi 28 octobre a eu lieu la conférence sur l'histoire des talus présenté par M. Dominique SCHWARTZ.

Voici le résumé de cette soirée:

 

Les paysages anciens de Goldbach au révélateur de la recherche…

 

Les paysages évoluent constamment. Au quotidien, ces évolutions ne sont pas forcément perceptibles, mais il suffit de consulter des photos ou des cartes postales anciennes pour se rendre compte que l’environnement de nos villages était très différent il y a un siècle, ou même une trentaine d’années..

Les traces des paysages passés s’effacent en partie. Mais pour qui sait les déchiffrer, de nombreux éléments nous permettent de reconstituer une partie de leur histoire. Ainsi, à Goldbach-Altenbach, il est impossible de ne pas remarquer les nombreux talus, perpendiculaires à la pente et quasi omniprésents dans les prés et pâturages de la commune (figure 1). Mais que sont réellement ces talus ? A quelles activités agricoles correspondent-ils ? De quand datent-ils ? Pour répondre à ces questions, l’équipe « Dynamique des Paysages » du Laboratoire Image, Ville, Environnement de l’Université de Strasbourg a initié une étude au printemps 2016, sous la responsabilité de D. Schwartz.

En fait, ce type de talus peut avoir deux origines différentes. Parfois, il s’agit de terrasses agricoles. Dans ce cas, la partie amont de la terrasse, est décaissée et la partie située à l’aval est remblayée. Le talus se forme par la somme des actions de décaissement et de remblaiement Mais les talus peuvent aussi correspondre à des rideaux de culture. Contrairement aux terrasses, les rideaux se forment involontairement. Ils résultent d’un transport de terre, érodée dans les champs et accumulée à l’amont d’une haie. Si tel est le cas, les talus marquent l’emplacement d’anciennes haies disparues. Dans la pratique, la morphologie des talus ne permet pas de conclure, sauf s’ils sont associés à des murets. En revanche, l’observation sur tranchées parallèles à la pente permet d’analyser la structure interne des talus et de conclure. Dans le cas des terrasses, on doit pouvoir observer des traces de décaissement et de remblaiement. Le matériau qui compose le talus n’a plus l’organisation initiale des sols. Dans la partie supérieure, il y a un mélange de matériaux provenant de niveaux différents du sol. Dans la partie inférieure, l’ancien sol est conservé sous les déblais. S’il s’agit de rideaux, le talus doit être constitué de terre grise ou noire enrichie en matière organique, car la terre érodée, puis accumulée à la limite inférieure des champs provient des niveaux labourés plus riches, justement, en humus.

Avec l’accord de la municipalité et de l’exploitant d’un pâturage, deux tranchées perpendiculaires à la pente ont été creusées pour tenter de comprendre la nature et l’origine de ces formes : l’une sous forêt à proximité de la place des Tilleuls, l’autre sous pâturage au Hohneck à Altenbach. Les résultats sont très clairs (figures 2 et 3). La terre qui constitue les talus est constituée d’une grande épaisseur de terre de couleur brun-gris (pâturage) ou noire (forêt), analogue à celle de la terre végétale des sols. Les talus ne sont donc pas des terrasses aménagées, mais des rideaux de culture résultant de l’érosion. Ceci implique deux conclusions. La première est que l’ensemble des zones de forêts et de pâturages marquées par la présence des talus était à une époque donnée des champs cultivés en lanières très allongées et très étroites. La deuxième est que chaque talus correspondait à cette même époque à l’emplacement d’une haie, aujourd’hui disparue. Il y a peu d’équivalents actuels de ce type de paysage en France. Mais des éléments de comparaison se trouvent en république tchèque, notamment à proximité de la frontière allemande dans les Erzgebirge. La figure 4 montre un exemple de ces paysages qui sont sans doute très proches de ceux qui existaient à une époque encore indéterminée à Goldbach. Des paysages inattendus, très différents de ceux que nous avons l’habitude de côtoyer.

Une question importante est de savoir de quand datent ces paysages. Pour le moment, il n’est pas possible de répondre à cette question. Pour différentes raisons, nous faisons l’hypothèse que ce parcellaire en champs laniérés et bordés par des haies a été mis en place entre les VIII° et XII° siècles. Des échantillons de sols ont été prélevés pour dater, grâce à une nouvelle méthode, l’OSL, leur mise en place. L’abondance de charbons de bois dans ces sols montre aussi que la mise en culture a été précédée par une phase de défrichement de la forêt. Des charbons ont été prélevés, pour dater cette phase au carbone 14 et identifier les arbres qui composaient la forêt. Les résultats de ces datations nous parviendrons vers mai 2017, ce qui devrait nous permettre de répondre aux questions concernant l’âge des structures, mais aussi aux interrogations sur les populations qui en sont à l’origine et le mode d’exploitation du milieu qu’elles privilégiaient.

Pour conclure, quelques mots sur l’intérêt de ce genre de recherche. La connaissance de l’histoire des paysages obéit à plusieurs impératifs qui dépassent largement la simple curiosité intellectuelle des « scientifiques ». Elle permet d’une part aux habitants d’un endroit de mieux le connaître et donc de mieux se l’approprier, d’en être plus fier. Elle permet aussi de mieux comprendre certaines caractéristiques physiques, chimiques et/ou biologiques des sols et des écosystèmes : différents travaux ont montré que les usages anciens pouvaient encore avoir des conséquences sur le fonctionnement du milieu  plus de 1500 ans après ! Ainsi à Goldbach, les sols situés juste au-dessus des talus sont nettement plus épais que ceux situés juste en dessous. Ils ont des réserves minérales et en eau supérieures. Ceci peut induire, par exemple, une différence dans la composition floristique et le rendement en foin des prairies. L’épaississement des sols montre que ceux-ci ont une certaine sensibilité à l’érosion, malgré leur composition riche en sables qui favorise pourtant l’infiltration. D’autre part, les utilisations anciennes du milieu sont un facteur méconnu de différenciation écologique. Par exemple, les forêts situées sur des zones à talus sont très certainement plus récentes que les forêts situées sur des zones sans talus. Elles ont nécessairement une composition floristique, une biodiversité différentes des secondes, d’ailleurs pas forcément de qualité moindre. La connaissance de l’histoire des paysages permet donc de mieux comprendre le pourquoi des différences que l’on peut observer et de les ancrer dans un cadre chronologique. Ce faisant, ce sont des connaissances nouvelles qui sont mises à la disposition des organismes et des personnes en charge de l’utilisation et de la gestion des milieux (agriculteurs, ONF, organismes de conservation de la nature,…). Autant d’outils supplémentaires pour mieux les gérer.

 

Figure 1 : Les talus sont un élément structurant des paysages de Goldbach-Altenberg, jusque vers 940 m d’altitude. Image LIDAR consultable en ligne sur le site du Conseil Départemental du Haut-Rhin (www.infogeo68.fr).

Figures 2 et 3 : l’organisation interne des talus montre clairement un épaississement de terre riche en matière organique. C’est la preuve que les talus ne correspondent pas à des terrasses agricoles, mais à des rideaux de culture. Photos D. Schwartz

 

Figure 4 : Les paysages de Goldbach-Altenbach devaient ressembler à un moment donné de leur histoire à cette campagne tchèque, jalonnée de haies séparant des champs en lanières étroites très allongées.

Journée Citoyenne - 30.04.16

Une nouvelle fois, rendez-vous fut donné à la population pour effectuer un nettoyage de printemps.

 

L’appel fut entendu par de nombreuses personnes qui se présentèrent à 9h ce samedi matin.

 

En effet, plus de trente riverains ont été répartis dans les groupes de travail programmés. Ce qui correspond à plus de 10 % de la population.

 

Cette année, en plus du traditionnel ramassage de déchets aux bords des routes, nous avons travaillé sur le chemin de l’église. Cette tâche consistait à piocher la terre qui glisse sur le flan de la montagne et de la répartir sur l’ensemble du chemin afin de recouvrir les cailloux qui apparaissaient et qui pouvaient blesser les futurs coureurs de la montée du Grand-Ballon prévue le 12 juin dans la matinée.

 

Un second chantier a consisté à l’arrachage des ronces sur le réservoir du « Blanschen ». Cet éclaircissement permettra  de semer  diverses  fleurs de prairies.

 

Des bidons que certains pensent trop imposants pour les bennes furent taillés en pièces pour passer dans l’ouverture des containers prévu pour les plastiques.

 

La collecte fut abondante sur le site d’un ancien dépôt (Altenbach).

 

Malheureusement, nous avons constaté  un réel manque de civisme par un dépôt sauvage de débris de Placoplatre à côté des bennes de tri d’Altenbach.

 

Mais cela n’a pas terni la bonne humeur générale et au bout de 2h30 de collecte, tous les participants se sont rassemblés autour d’un apéritif accompagné d’amuses bouche confectionnés par des bénévoles.

 

La convivialité du moment fut partagée par tous.

 

Chasse aux oeufs - 26.03.16

Samedi 26 mars,  la chorale du village a invité les enfants à participer à la chasse aux œufs.

 

Rendez-vous fut donné à la mairie et le petit groupe accompagné des parents se rendit à pied jusqu'au site de la «Vierge ».

 

Deux zones étaient préparées.

 

La première à droite pour les petits de 3 à 5 ans.

 

La deuxième à gauche pour les plus grands.

 

Pas un œuf ne fut oublié, le terrain a été ratissé de bas en haut et de haut en bas.

 

Les faux œufs furent échangés par des œufs en chocolat que les enfants accueillirent avec beaucoup de plaisir.

 

Comme le soleil était également au rendez-vous, un goûter fut partagé sur place.

 

Les enfants croquèrent les gâteaux de bon cœur ainsi que leurs parents. Puis le petit groupe reprit le chemin du retour vers 16 h 30.

 

Mairie de Goldbach
Tél : 03 89 82 30 14
Fax: 03 89 38 14 18
mairie.goldbach@wanadoo.fr

Gold'info mars 2018 n°8

BC_ Mars _2018_ n°8.pdf
Document Adobe Acrobat 3.9 MB